Guerre Sociale, de la Bosnie au Brésil

par S. Quadruppani via Les Contrées Magnifiques.

Tandis qu’à Rio…(lire la suite)

~

Via Le Jura Libertaire ~  »Mort au nationalisme » ~ tagué sur le siège du gouvernement cantonal à Tuzla (bosnie, nord-est), 07.02.2014

Le soulèvement en cours en Bosnie-Herzegovine a été accompagné sans ‘médiation’ par la formulation et la diffusion, non pas vraiment de « demandes » ou de « revendications », mais de formes de « déclarations constituantes directes locales »  : traductions et suite du soulèvement et des ‘plenum’ (en anglais). Par ces déclarations, les ‘comités’ des insurgéEs de chaque localité, semblables à ceux qui se sont formés dans le sillage des insurrections sociales tunisienne ou syrienne, sont parvenus à faire connaître au monde leur existence et leurs volontés, par-delà et malgré ‘autorités’ destituées et médias ‘mainstream’ prépositionnés, ce qui nous a paru (comme aux traducteur-ice-s alertes grâce auxquelLEs elles ont été relayées plus avant) être un élément remarquable et inspirant de leurs premiers jours…

~

A Rio, alors que dans tout le Brésil, les révoltéEs déchirent l’affiche ‘spectaculaire-marchande’ JO ~ Mundial (dont se drape sans sourciller un État qui maintient à pleine vapeur le cap sur le désastre social, techno-industriel et écologique, sous le prétexte cynique et/ou dogmatique et halluciné, du ‘Développement‘), une ‘Association des avocats du peuple‘ organise une rencontre internationale ces jours, tandis qu’en Rondônia, les massacres perpétrés contre les PaysanNEs sans terre menacent à tout moment d’être remis à l’ordre du jour par les latifundiaires et autres ‘autorités’

Illustration Auba Vermelha

~